Formula 1

Du 1 au 1000ème : Le voyage Ferrari (Partie 3)

From 1 to 1000th: The Ferrari Journey (Part 3)
Dans la troisième partie de notre regard sur les 1000 Grands Prix de la Scuderia Ferrari, nous commençons par un conte de fées mexicain mettant en scène deux des grands champions, Alain Prost et Nigel Mansell et un dépassement dont on parle encore aujourd'hui. Cependant, une figure s’est imposée de la tête et des épaules au cours de ces trois décennies : le septuple champion du monde Michael Schumacher.
GP DU MEXIQUE 1990

Le jour de la course à Mexico s'est levé sans aucune indication que cela pourrait être une bonne journée pour Ferrari, avec Mansell quatrième sur la grille et Prost 13ème. C'était encore une époque de domination de McLaren et Gerhard Berger et Ayrton Senna avaient verrouillé la première ligne.

Au départ, Riccardo Patrese dans la Williams et Senna devançaient tous deux Berger et au 13e tour, Mansell était passé à la deuxième place. Mais c'est Prost qui a attiré l'attention alors qu'il traversait le peloton, et dès la seconde moitié de la course, le Français avait rattrapé le groupe de tête.

A quinze tours de l'arrivée, Prost dépasse son équipier Ferrari et gagne du terrain sur Senna qui commence à souffrir de problèmes de dégradation des pneumatiques. A neuf tours de la fin, Prost parvient à prendre la tête en dépassant Senna à la sortie du premier virage, le Brésilien étant contraint à l'abandon trois tours plus tard suite à l'explosion d'un de ses pneus arrière. Avec Senna hors course, Berger et Mansell ont entamé un duel pour la deuxième place, un combat passionnant qui s'est terminé avec l'Anglais réussissant l'un des mouvements de dépassement les plus célèbres du sport, à l'extérieur du dernier virage très rapide et incliné, le Peraltada. . C'est un geste spectaculaire à seulement quelques kilomètres de la ligne d'arrivée qui a donné à Ferrari un doublé extraordinaire et à Prost sa deuxième victoire lors de sa première année avec le Cheval Cabré.

GP D'ITALIE 1996

C'était la première saison de Michael Schumacher avec l'équipe de Maranello et il est arrivé à Monza après avoir remporté le Grand Prix de Belgique, sa deuxième avec l'équipe italienne. Williams a verrouillé la première ligne avec Damon Hill devant Jacques Villeneuve. Schumacher était troisième. Le départ à Monza est souvent chaotique et cela l'a prouvé ce jour-là, avec Jean Alesi passant en tête depuis la sixième place sur la grille dans la Benetton, mais Hill a dépassé à la deuxième chicane Lesmo. Une nouvelle barrière de pneus à la deuxième chicane était sur le point de semer le chaos. Villeneuve a frappé fort et une de ses roues a rebondi dans la suspension de la McLaren de David Coulthard, donc les deux coureurs imaginés ont été éliminés. Alesi a été le prochain à heurter la barrière et Hakkinen a dû chercher un nouveau nez sur la McLaren après avoir heurté certains débris.

Quelques tours plus tard, Hill a heurté les barrières, cette fois à la première chicane et lui aussi a dû abandonner, ce qui a laissé Alesi en tête devant Schumacher. Les deux hommes se sont battus jusqu'au 30e tour lorsque le Français a bloqué une roue et que l'Allemand a pris la tête, enchaînant une série de tours rapides dans son style de marque, de sorte qu'après son changement de pneus, il a quand même devancé Alesi et a continué à franchir le drapeau à damier pour sa première victoire à Monza en Ferrari rouge. S'il avait besoin d'une leçon sur ce que signifiait être un pilote Ferrari, il l'a certainement reçue des tifosi extatiques qui ont envahi la piste, créant une mer de rouge dans la ligne droite principale alors que la cérémonie du podium couronnait leur héros.

GRAND PRIX DU JAPON 2000

Ferrari s'est présentée au début de la saison 2000 de Formule 1 avec un package très compétitif et un équipage composé de Michael Schumacher et Rubens Barrichello. La saison s'est transformée en duel entre Schumacher et Mika Hakkinen dans la McLaren et Michael est arrivé à Suzuka en menant le Finlandais de huit points. La marque de Maranello n'avait pas remporté le titre Pilotes depuis 21 ans, il est donc juste de dire que l'enjeu était important.

Lors des qualifications, les deux prétendants étaient dans une classe à part, se plaçant à quelques millièmes d'écart et s'échangeant cinq fois les meilleurs tours. Au final, le pilote Ferrari a décroché la pole. Lorsque les feux se sont éteints, Mika a obtenu l'escapade parfaite pour prendre la tête dès le premier virage. Lui et Schumacher étaient plus d'une demi-seconde plus rapides par tour que le reste du peloton. Au 30e tour, une légère pluie commençait à tomber et l'Allemand profitait des conditions piégeuses pour réduire l'écart. Lorsque Hakkinen s'est arrêté pour les pneus, Schumacher a poussé comme un fou pendant trois tours avant de venir chercher du carburant et des pneus neufs et de sortir de la voie des stands avec deux secondes d'avance. Les 13 derniers tours se sont déroulés sans accroc, mais les fans du Cheval cabré du monde entier ont eu le cœur collectif à la bouche jusqu'au drapeau à damier. De retour à Maranello, l'heure de pointe du petit matin ne faisait que commencer : les cloches des églises sonnaient et les klaxons des voitures hurlaient, alors que le titre revenait à Ferrari pour la première fois depuis la victoire de Jody Scheckter en 1979. Ferrari remporterait désormais tous les titres. jusqu'à la fin de 2004.

GRAND PRIX DE BRITANNIQUE 2007

La course de Silverstone marquerait la 750e participation du Cheval cabré au Grand Prix avec Kimi Raikkonen et Felipe Massa au volant. Le favori local, Lewis Hamilton, a décroché la pole position des qualifications, avec la McLaren un dixième devant le pilote finlandais Ferrari, tandis que Felipe Massa était quatrième dans la deuxième F2007, mais dimanche, le Brésilien a calé au départ et a dû commencer sa course de la voie de dégagement.

Lorsque les feux se sont éteints, Hamilton a conservé la tête devant Raikkonen et Fernando Alonso dans la deuxième McLaren. Mais Hamilton n'a pas pu s'éloigner et il a été le premier à rentrer au stand, quelques tours plus tôt que Raikkonen, tandis qu'Alonso a consommé moins de carburant avec un arrêt rapide, le plaçant en tête devant le Finlandais. Mais les positions se sont inversées après les deuxièmes arrêts aux stands grâce à des tours très rapides de Raikkonen. C'était un moment important du championnat puisqu'il avait réduit l'écart avec le leader Hamilton à 18 points, pour finalement remporter la couronne des Pilotes lors d'une finale passionnante lors de la dernière manche.

Ă€ suivre...

Images avec l'aimable autorisation de Motorsport Images / Hoch Zwei / Wolfang Wilhelm Fotografie

Derniers articles

Voir tout
Formula 1Viva Las Vegas

Viva Las Vegas

De l'effroi à l'éblouissement, le nouveau Grand Prix de Las Vegas 2023 est un rêve devenu réalité. Après plus de 40 ans de rêves pieux, la Formule 1 revient à Las Vegas, la capitale mondiale du s...

AperturesApertures: When Words Meant Everything

Apertures : quand les mots signifiaient tout

Écrit et capturé par Richard Kelley John Watson et l'ingénieur extraordinaire Gordon Murray ont trié la Brabham-Alfa Romeo de 1977, une modification à la fois. À cette époque, il n'existait aucu...

Formula 1From Hero to Countryman

Du héros au compatriote

Lewis Hamilton a souvent salué sa victoire de 2021 au Grand Prix de Sao Paulo comme la plus grande de sa carrière. L'as britannique a réalisé un retour tout à fait époustouflant pour passer de la ...